L'élégance du hérisson, Muriel Barbery

Publié le par Dreamy

" Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

 Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

l'éléganceduhérisson



MON AVIS
*****

Il est rare de trouver pareil bijou. Ce roman est à la fois une ode à la vie et à la littérature. Pourtant, comme lorsque à chaque fois que l'on fait du rabbatage médiatique sur un livre, je me suis méfiée. Finalement, je ne regrette pas d'avoir tenté.

Ce roman raconte le destin croisé de deux personnes étrangement similaires, Renée et Paloma, qui n'on plus le gout à rien, sinon lire et raconter la beauté de ce monde. Paloma, une surdouée de 13 ans trouvant la vie sans aucun intérêt, veut se suicider. Renée, la concierge, n'a que peu de respect pour les riches, leur culture et prend plus soin de ses livres et ses films que d'elle même. Toutes deux vont se retrouver face à leurs préjugés.

L'idée est très originale. Le roman est découpé en plusieurs parties, pour les notes de Renée et les fragments de Paloma. C'est superbement écrit, on est réellement plongé dans l'univers des deux personnages. Le personnage de concierge permet des anecdotes assez cocasses, tendres ou tout simplement de la détente. On passe du rire aux larmes. La fin désarconne, tout simplement.


L'élégance du hérisson se déguste à petits feux, comme un chocolat qu'il faut laisser fondre sur la langue pour en apprécier toute la saveur. Il a été (très) librement adapté à l'écran, avec Josiane Balasko dans le rôle prinipal.


L'ACHETER

Commenter cet article

la librivore 04/05/2010 07:31


Moi aussi, j'ai beaucoup aimé. J'ai mis un lien vers ton article afi de confronter différentes critiques.


Dreamy 05/05/2010 13:21



C'est sympa. J'aime ton site.